mercredi 21 juin 2017

#64: Bouger en famille malgré la chaleur? Possible à certaines conditions!

Hello!

Il fait beau et excessivement chaud! Les alertes canicules ont été déclenché dans plusieurs dizaines de départements, 66 à l'heure où je vous écris. Go Maman Go vous encourage toujours à bouger et partager avec vos enfants, mais à certaines conditions!
  1. Avant toute chose, en période de canicule, il faut boire beaucoup et souvent. Quand on y ajoute des activités sportives, c’est encore plus important avant, pendant et après. Et il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire! La sensation de soif correspond à une perte de 1% de poids de corps, ce qui correspond à une diminution de 10% des capacités physiques. Vous l’aurez compris, une mauvaise hydratation et c’est le début des pépins! 
  2. Choisissez de bouger tôt le matin ou en fin de journée. Nous avons les journées les plus longues de l’année, il faut en profiter!
  3. Privilégiez les endroits avec de l’ombre. C’est l’occasion d’aller découvrir d’autres terrains de jeux!
  4. Optez pour des vêtements de couleurs claires et adaptés permettant l’évacuation et l’évaporation de la chaleur!
  5. N’hésitez à vous arroser! Les enfants adorent!
  6. Protégez vous et vos loulous avec un chapeau ou une casquette!
  7. N’oubliez pas la crème solaire!
  8. On y va « tranquille », on évite de dépasser ses limites au risque de prendre vraiment un coup de chaud!
  9. Ne prenez pas de douche dans la foulée, laissez redescendre votre température corporelle, en gros jusqu’à ce vous ayez fini de transpirer.
  10. Go Maman Go vous invite à consulter un médecin avant de vous mettre ou remettre au sport!
Prenez soin de vous, de vos petits bouts et partagez de jolis moments sportifs ensemble tout en prenant les précautions adéquats aux conditions météo du moment!

Séance de marche rapide dans l'ombre des escaliers de Fourvière avec bébé!

 
#BougezPartagezSouriez
#GoMamanGo

Sophie

Bibliographie:

mardi 9 mai 2017

#63: Valessa, maman et recordwoman du monde de semi-marathon en run-poussette!

Go Maman Go a l’immense privilège de vous présenter Valessa Oliveira, 35 ans, maman de 3 enfants et détentrice du record du monde féminin de semi-marathon en run-poussette depuis le 26 mars 2017:

21,2km : 1h30’17
99ème sur 1283 participants
2ème féminine (à 20 secondes de la première!) et 1ère féminine en poussette!


Ces quelques temps et positions de classement donnent la mesure de sa performance. Valessa est une sportive hors norme mais aussi une maman passionnée qui allie maternité et sport en toute simplicité. Nous avons le bonheur de pouvoir lui demander de nous faire part de son parcours sportif exceptionnel mais également de son expérience de run-poussette qu’elle pratique depuis 10 ans.


Nous sommes admiratives de votre parcours et de la façon dont vous parvenez à conjuguer vos entrainements avec votre bébé.  Vous avez accompli une performance extraordinaire le 26 mars dernier. Cela dû être 1h30'17 de folie pour vous, quel sentiment éprouve-t’on au moment du départ avec son bébé en poussette, pendant mais surtout après la ligne d’arrivée? Vos ainés ont-ils suivi l'époustouflante course de leur maman le 26 mars dernier? 

Pour être tout à fait honnête, j'étais tétanisée sur la ligne de départ. Partir aux avant-postes, devant plus de 1000 coureurs qui applaudissent et vous scandent des chronos un peu fous, cela met la pression. Mais une fois partie, on a papoté toutes les deux et le stress est vite retombé. J'ai pu profiter de la beauté des lieux et de la forêt. C'était un parcours vraiment superbe mais à ma grande surprise pas du tout roulant! Mes deux aînés m'attendaient sur la ligne d'arrivée et je peux vous assurer que cela procure une motivation supplémentaire. L'envie de se dépasser est décuplée!

Au regard de votre performance sur le semi-marathon de Lège Cap-Ferret, on ne doute à aucun instant que vous aviez déjà quelques kilomètres dans les pattes avant d'être maman. Comment en êtes-vous venue au run-poussette ? Est-ce que cela a été une évidence pour vous de poursuivre votre pratique de course à pied avec votre bébé? Avec la même intensité/volonté après chaque grossesse?

Cela m'est apparu comme une évidence à la naissance de mon premier enfant. J'ai eu envie tout simplement de partager avec mon fils ma passion pour la course à pied. C'était aussi l'occasion de lui faire découvrir de nouveaux lieux, d'élargir son horizon, d'attiser sa curiosité et tout petit c'était aussi un bon moyen pour le bercer! J'ai vécu 3 post-partum très différents. J'ai peu pratiqué le run-poussette avec ma première fille pour des raisons de santé. Avec mon fils, ce fut une découverte et avec ma toute dernière, une vraie révélation!

Très peu d'articles traitent les sujets du running poussette et du choix de poussettes adaptées à cette pratique. Lorsque l’on souhaite se mettre à la course à pied avec son bébé, nous sommes un peu démunies en la matière. Avez-vous testé plusieurs poussettes avant de vous décider?


Non, j'ai peu testé de poussettes uniquement dédiées à la pratique du running. Il y a 10 ans, j'avais dû acheter ma première en Allemagne, car on en trouvait vraiment (trop) peu en France. La pratique était plus que marginale. Aujourd'hui, plusieurs marques se sont lancées dans la conception de poussettes avec plus ou moins de réussite. Celle que j'utilise actuellement, est en de nombreux points, l'une des plus abouties, confortables, et fonctionnelles.


Go Maman Go: La course à pied est une pratique libre qui nous engage sur des parcours plus ou moins long, par tous les temps. Se pose également la question du bien-être de bébé qui plongera sûrement dans les bras de Morphée pendant que maman (ou papa) prendra le temps de s’entrainer ou simplement de souffler. Les poussettes dans lesquelles nos bébés doivent être confortablement installés répondent obligatoirement à ces exigeances. Pouvez-vous nous parler de votre poussette bugaboo runner?  

Ce que j'affectionne en premier lieu sur la Bugaboo, c'est le confort et la sécurité qu'elle offre. J'apprécie la hauteur de la nacelle qui permet à l'enfant d’être surelevé, le harnais en 5 points et le fait de pouvoir positionner l'enfant selon s'il dort ou s'il est, lui aussi, actif. Ce qui est vraiment surprenant c'est d'observer la nacelle lorsque l'on court et de s'apercevoir qu'elle ne bouge pas d'un centimètre! Ma fille finit très souvent par s'endormir, car elle est en quelque sorte bercée. Le châssis est ultra résistant et c'est vraiment un gage de sécurité aussi. Après des centaines et des centaines de kilomètres parcourus avec la Bugaboo, je peux vous assurer que bébé est en parfaite sécurité.

Le 13 mai, au départ de la boutique spode et avec le soutien de bugaboo qui nous met à disposition des poussettes, nous allons permettre à des mamans et des papas (on a pas trop de papas encore ;)) de partager un Run Family avec les enfants en poussette, trottinette, vélo ... ou en baskets. Quels sont vos conseils pour que les mamans puissent se lancer et pratiquer le running poussette ou même simplement poursuivre une activité physique et sportive avec leur enfant? Un message d’encouragement à toutes celles et ceux qui souhaiteraient partager un moment de bonheur sportif en famille?

Aux mamans qui reprennent une activité post-grossesse, quelle qu'elle soit, je leur dirai de ne pas perdre de vue la notion de plaisir! C'est incontestablement celle qui nous guide et qui nous donne envie de continuer. Ensuite, je leur dirai de ne pas se mettre la pression et de se laisser du temps. Si une grossesse dure 9 mois, je considère qu'il en faut tout autant pour retrouver tout son dynamisme, et toute sa tonicité. Il faut donc veiller à rester indulgente avec soi-même. Et justement, je trouve que le run-poussette, est une activité parfaite pour reprendre après une grossesse. Elle permet de créer un lien privilégié et unique avec son enfant, tout comme elle donne la possibilité à la maman de (re)démarrer sereinement la course en se réappropriant progressivement son corps. Quant aux papas, j'espère qu'ils trouveront eux aussi, l'envie de tester cette pratique avec leurs enfants et qu'ils tenteront aussi l'aventure avec eux en compétition! J'en vois de plus en plus, pour ma plus grande joie! Ce sont des instants magiques qui méritent d'être vécus, tout simplement. Alors n'hésitez plus, courrez avec bébé!


Un grand merci Valessa pour le temps que vous avez bien voulu nous accorder. Encore bravo!
Vous pouvez suivre l’actualité de Valessa sur sa page: Run Baby Val.

 

Sophie

dimanche 7 mai 2017

#62: L'incroyable pouvoir de l'émulation collective

Un petit article pour aborder tous les avantages d'un entraînement collectif 🏃‍♀️🏃🤸‍♀️🏋🏻.

Partir s'entraîner exige déjà son lot de motivation et de volonté 🙌🏻. Puis si nous prévoyons un entraînement pour soi et sans nos petits bouts, il faut s'organiser🤔. La météo est également un facteur déterminant☀️. À cela s'ajoute la fatigue physique du quotidien💪🏻, le moral du moment😃 et les aléas de la vie...

Une fois que l'on est prêt, on a souvent tendance à rester dans sa zone de confort👌🏻. Si on part avec un objectif dans la tête, que ce soit pour un simple footing (objectif temps ou km), pour du fractionné, pour des escaliers ou un circuit training, quand on est seul 🏃‍♀️, nous restons notre plus grand rival ➡️🏃‍♀️⬅️. 

On peut alors s'inscrire à des courses pour se donner un objectif à moyen ou long terme et en parler autour de soi. Et là, la magie opère ✨. Je suis inscrit(e), elle/il est inscrit(e), nous sommes inscrit(e)s. C'est plus compliqué de faire marche arrière 😉. Je compte sur eux (elles particulièrement en ce moment), ils (elles) comptent sur moi tout autant. C'est comme ça que l'on se retrouve ce dimanche matin à affronter la descente de la Sarra et les escaliers de la Montée Nicolas de Lange. Plusieurs fois.
 
Seule, aurais-je fait: 
 
    1.    la fameuse boucle de l'ultra boucle de la Sarra en sens anti-horaire pour s'échauffer,
    2.    un échauffement spécifique au fractionné qui nous attendait,
    3.    3 blocs de 8 x 30"*30" quelque soit la surface: pavés, goudron, chemin, passerelle, escaliers, en montée, sur le plat ou en descente...
    4.    Une énième descente d'escaliers puis une ultime remontée de la Sarra qui fait très mal aux ischios et aux mollets.
 
▶️ La réponse est sans équivoque.
⏩ La réponse c'est l'équipe, le collectif, les autres qui te poussent à sortir de cette zone où tout va bien, cette zone où tu peux encore respirer et parler.
 

Pour progresser, il faut dépasser ses propres limites, sortir de ses habitudes et se challenger 👊🏻.
 

C'est ce qu'ont fait les Go Maman Go ce matin.
Après le Trail de la Villette de Vienne lundi 1er mai, nous nous sommes motivées et retrouvées ce matin à l'entraînement collectif de l'urban training (spécifique ultra boucle de la Sarra le 20 mai).
 
C'est clair, deux lundis matins fériés, 2 sentiments prédominent :
    •    l'envie TRES forte de traîner à la maison,
    •    l'idée pas forcément palpitante non plus de faire des bornes que ce soit pour rejoindre le site de courses et les km d'entraînement.
 
Je ne pense pas que les filles me contrediront, on a vu rouge 🔺, c'était intense mais c'était top 🔝 de vivre cela en équipe. C'est une satisfaction qui n'a pas de prix 🆒. Nous rentrons à la maison, avec un objectif largement atteint🏅 et le bonheur de l'avoir fait 🤘🏻!
 
Merci Camille, Amélie et Tiffany 👏🏻.
Merci au coach de l'urban training et à tous ceux qui ont partagé le terrain avec nous!
Sophie, Tiffany, Amélie et Camille

Pour vous motiver et vous entraîner, choisissez vous des copin(e)s, votre conjoint(e), votre soeur/frère ou des collègues (c'est bon pour la cohésion d'équipe en plus) et Go! 

 
Sinon rejoignez-nous 😁😍!
 

Et n'oubliez pas:
#BougezPartagezSouriez
#GoMamanGo

Sophie

samedi 29 avril 2017

#61: "Ce matin, ce n'était pas terrible et demain ce sera mieux!"

Le concept de Go Maman Go est d'encourager la pratique physique et sportive des (futurs) parents avec les enfants. Nous écrivons des posts sur Facebook dans ce sens, on utilise des hashtags comme  #LeSportCestLaVie ou #LeSportCestLaSanté, #LeSportEnFamilleCestLeBonheur, #BougezPartagezSouriez... sans oublier les photos où nous partageons notre petit bonheur sportif et familial de la semaine...

Sauf que dans la vraie vie ce n'est pas toujours aussi simple.
Il faut parfois "se faire violence" pour se bouger, sortir prendre l'air, mettre son corps en mouvementTrouver la motivation 😏 est certainement l'étape la plus difficile! Je me poserais bien parfois avec ma tribu devant Gulli ou un DVD et des chocos prince au chocolat 🍫. Quand on a passé une semaine de dingue avec les problèmes du quotidien à gérer 😱 (boulot, emploi du temps démentiel (même pour une maman au foyer), le moral plus ou moins pétillant, les petits virus ou maladies infantiles (syndrome pieds mains bouche chez nous cette semaine), la charge de la vie courante (2 lessives par jour, les repas, les devoirs, les bains, les jouets que tu as rangés le matin même qui doivent être rangés de nouveau le soir ...), la première envie est de se poser 🙏🏻! Alors, aller courir ou bouger ... ce n'est pas forcément une évidence 🙃. 

Deuxième point: la préparation! Avec des enfants, c'est un peu plus long qu'en solo 😅. 45' au bas mot pour mettre ma tribu en selle! Même prête à sortir avec la poussette, les vélos, la trottinette ou le porte BB ... et le kit de survie de bébé (ou de la maman, faut voir 😂), il ne faut pas s'imaginer que toutes les séances marchent comme  sur des roulettes! 

Nous arrivons au troisième point: la situation!
Souvent je mets une photo, genre "tout est nickel", "vous voyez, c'est simple de faire du sport en famille"... disons qu'il y a des séances avec et des séances sans. Aujourd'hui, par exemple, je ne mettrais pas de photos car j'ai eu mon lot de galères et je n'ai pas eu le temps ni l'opportunité de m'offrir un "selfie de training" ;-). Vous aurez donc sur cet article une "jolie" photo non contractuelle 😂😎. Mon parcours de running était archi bondé (c'est de ma faute, mon temps de motivation m'a mise dedans, je suis partie trop tard), le spot de street workout, plein également, mes deux grands n'ont cessé de se chamailler, mon deuxième s'est fait reprendre par un grognon car il a dévié de son chemin avec son vélo (ben, oui, monsieur, mon fils apprend et ce n'est pas en restant devant une console qu'il va pédaler correctement et respecter les codes de conduite), ma troisième a réclamé un gâteau au bout de 5 minutes de running poussette, elle n'en a jamais démordu, j'ai perdu une basket de bébé et mon aîné a voulu courir devant nous et dans la foule, nous nous sommes perdus... oui, c''était une sortie bien pourrie de chez pourrie. Pour info, Andréa était parti avec mon portable pour écouter de la musique,  j'ai pu emprunté un téléphone et l'appeler. Grosse frayeur quand même... Ce sera l'occasion de se rappeler ensemble les règles à tenir. Rien n'est vraiment jamais acquis. Pour l'autonomie, c'est encore tôt. Des gens charmants m'ont aidé et d'autres ont attendu avec lui. Je les remercie vraiment chaleureusement 🤗👍🏻😊! 
Ce matin, ce n'était pas terrible et demain ce sera mieux. Je m'impose de me remettre en selle comme une chute à ski ou à vélo! Comme dans nos vies professionnelles, nous avons des journées top et d'autres où l'on se demande ce que l'on fabrique là! 
Le plus dur est de se lancer, la météo est plus clémente depuis quelques temps, la tempête de ciel bleu sur Lyon ce matin a été mon déclic! Après, on gère comme on peut, on fait avec, parfois ce sera génial, parfois compliqué. À vrai dire, malgré une séance ratée, je ne regrette pas ma sortie:
  • Les enfants ont pris l'air👌🏻 et ne se sont pas aperçus de mes difficultés finalement sauf Andréa, bichette.
  • Je me suis bougée même si les sensations n'étaient pas divines🤸‍♀️. 
  • On apprend encore et toujours de ses erreurs 🙌🏻. L'échec est la mère du succès (proverbe chinois).
  • Je déguste un super goûter pendant que je vous écris 🥖😂. Durant cette aventure, nous avons rencontré des jeunes gens qui distribuaient des brioches et pancakes d'une célèbre marque française. 4 enfants + 1 maman = 5 goûters 🔝. Et Constance a eu son gâteau 🥐😍.  
  • J'ai retrouvé la basket. Le bonheur n'était pas si loin finalement 😁.
#GoMamanGo

À très vite!
Sophie

Ps: Qu'avez-vous de prévu le lundi 8 mai? Les enfants ne vont pas à l'école, vous nous rejoignez pour la prochaine sortie Go Maman Go circuit training self défense family? Nous pourrions nous motiver ensemble ;-)!





lundi 24 avril 2017

#60: Raid Des Alizés 1 - L'APPEL, notre engagement!

Hello à tous,

on en parle depuis quelques temps déjà sur facebook, la team Go Maman Go s’est officiellement inscrite sur le RAID DES ALIZES 2017.
En quelques mots, il s’agit d’une épreuve sportive nature, féminine et solidaire qui se déroulera à la Martinique du 14 au 19 novembre 2017. 70 équipes de 3 filles donneront le meilleur d’elles même pour une association de leur choix. Le classement des équipes 🏅déterminera la dotation pour cette même association.
Nous essayerons régulièrement d’écrire sur le sujet pour vous présenter tout ce qui touche de prêt ou de loin à ce challenge multi-activités: la team, notre préparation, nos interrogations, notre motivation, les anecdotes inhérentes à tout cela…
Mais le premier sujet de cette aventure hors norme - GoMamanGo et l’APPEL au Raid des Alizés 2017 🌎🌺💪🏻 - sera évidemment de vous présenter l’APPEL: association philanthropique des parents d’enfants atteints de leucémie et autres cancers. 💙💙💙
Pourquoi avons-nous choisi cette association?
Nous avions deux souhaits:
    •    soutenir une association locale,
    •    soutenir une association autour du monde de l'enfant.
Nous avons évoqué le Raid - qui est une aventure humaine, au-delà de la dimension sportive - et ce projet de soutien avec un ami, une personne en qui on place notre confiance à 100%, monsieur Abdel ACHACHE, 1er adjoint du maire du 3eme arrondissement de Lyon, ingénieur qualité (centre Léon Bérard) et accessoirement très actif dans le milieu fédéral du KARATE (il nous connaît avec Tiffany depuis... genre... la catégorie mini-poussine 😝 , il a suivi notre parcours et a toujours été présent - on t'adore Abdel, tout le monde l'aura compris 😉!)
Il a saisi notre demande en deux temps trois mouvements et nous a proposé de rencontrer l'APPEL.
Une évidence.
En tant que mamans, nous sommes très sensibles à toutes les actions que cette association met en place depuis 1978 pour divertir les enfants malades et leur permettre de vivre des moments comme tous les autres petits de leur âge (fêtes, démonstrations, classes vertes, classes blanches…), mais nous avons également été très touchées par toutes les formes de soutien qui sont proposés aux parents en les dégageant du plus grand nombre de soucis afin qu’ils soient totalement près de leur enfant (soutien moral, logement prêt du lieu d'hospitalisation, aide administrative, aide financière...)
La recherche pour les cancers de l'enfant sont par ailleurs nettement moins soutenus que le celui de l'adulte: 2%.
Toutes les trois, nous n'avons pas de "grands moyens" pour aider ces familles touchées par la maladie. En revanche, nous mettons à disposition nos jambes pour faire avancer les choses à notre échelle.
Aujourd'hui, nous nous sommes investies d'une mission: aider coûte que coûte "notre" association l'APPEL dans la recherche de financement afin d'aider au mieux les enfants atteints de leucémie et autres cancers et leurs familles.
Pour cela, nous avons besoin de vous pour collecter des fonds. Vous pouvez retrouver notre cagnotte en ligne: 

www.alvarum.com/gomamango

Chaque don effectué via cette plateforme bénéficiera d'une défiscalisation:

Particuliers – Art 200 du CGI (Code Général des Impôts) 66 % des sommes prises dans la limite de 20 % du revenu imposable
Entreprises – Art 238 bis du CGI, 60 % du montant des versements pris dans la limite de 5/oo du chiffre d’affaires.

Chaque personne/entreprise qui fera un don recevra de nos nouvelles au quotidien depuis la Martinique.
Vous pourrez suivre sur notre page facebook l'avancée de notre préparation, nos progrès (on se débrouille, mais il y a de la marge 😂), les anecdotes, les photos de nos jambes et de nos têtes qui vont tout donner pour l'APPEL!
Sachez que même un tout petit don est un grand pas et un encouragement pour nous toutes!
Pour les personnes qui nous suivent (que l'on remercie au passage 🙏🏻), si vous avez et/ou travaillé dans une entreprise, si vos amis on et/ou travaille dans une entreprise, n'hésitez pas à nous demander par mail ou en message privé sur Facebook notre dossier de sponsoring 📄pour diffuser notre action.
Toutes les idées 💡pour nous faire avancer sont les bienvenues!
Nous comptons sur vous pour communiquer autour de notre projet👌🏻!

Pour l'APPEL, Go Maman Go😄👍🏻!
On vous embrasse 😀😘
La Team Go Maman Go: Séverine, Tiffany et Sophie


Première course de la Team Go Maman Go au Trail de Caluire entre Saône et Rhône - 26/03

mercredi 5 avril 2017

#59: A la rencontre d'une fabuleuse amazone!

Valérie a participé au RAID DES AMAZONES en novembre 2015 avec deux amies. La team Go Maman Go s’engage également dans un raid solidaire et féminin du 14 au 19 novembre 2017: le Raid des Alizés. Nous nous sommes demandées comment Val, maman de trois enfants, a réussi à gérer la préparation de cette épreuve tant au niveau sportif qu’au niveau des recherches de financements et la réalisation de ce challenge hors-norme. On lui a donc posé plein de questions qui pourront toutes nous aider à se lancer dans divers défis sportifs!
 
Go Maman Go (GMG): Peux-tu te présenter ainsi que tes coéquipières? Pour quelle association avez-vous couru?
Valérie Baron (Val): Val Baron, maman de 3 enfants très dynamiques! Clément et Thibaut (8 ans) et Manon (11 ans), prof d’EPS dans un collège à Neuville sur Saône, 37 ans. A l’époque je jouais au Basket en Sénior avec 2 filles qui avaient mon caractère un peu fou : Solène (21 ans ) et Nicole (sa maman 47 ans)  Elles ont rencontré une fille qui rentrait d’une précédente édition et ont rêvé de le faire à leur tour! Il fallait être 3, elles ont pensé à Moi! J’ai d’abord cru que ce ne serait jamais possible en étant prof (sans congé etc....) Et puis avec mes collègues aussi dingues que moi (dans mon collège de Villeurbanne, nous avons imaginé une association qui pourrait parler aux “élèves” et leur permettre de rentrer dans ce projet et qui me permettait de mettre du sens derrière tout cela! Ce qui me passionne dans ma vie ce sont mes enfants et mon métier: l’école et la transmission de savoirs permettant la liberté et la fraternité des peuples... Nous avons donc cherché une association qui œuvrait pour la scolarisation dans le monde et en particulier à Bali: Un Enfant par la main....

 
GMG: A quel moment tu t’es dit : ça y est, j’y vais, je me lance!?

Val: Quand mon chef d’établissement  m’a dit un matin à 7h30: "Ok je vous accorde de partir dans 11 mois 10 jours à condition que vous prépariez un vrai projet avec les élèves..." Ce jour là, j’ai hurlé de plaisir et je me suis BANCO tous les voyants sont au vert alors, on y va et cette fois tout ce que j’avais imaginé, on va essayer de le mettre en place!
A ce moment là (en décembre 2014), on s’était dit: on y va à fond : recherche de sponsors et début de l’entrainement en course à pied... et on se donne 2 mois pour voir ce qu’il en est! Au bout de 2 mois, les dons commençaient à arriver timidement mais on s’était pris au jeu. On y croyait, alors on a poursuivi, redoublé d’efforts puis après 3 ou 4 mois, on s’est dit cette fois on va y aller! Mais sans réaliser vraiment jusqu’au jour J du départ!
GMG: Comment se prépare t’on pour un raid de cette ampleur quand on a trois enfants?
Val: Au départ, on ne se doute pas de l’ampleur du projet! Pour la famille, pour nous physiquement et pour nous tout court! Car on boit, on mange, on dort Raid Amazone... on en parle tout le temps, on s’inquiète, on s’entraine, on cherche sans cesse... et puis petit à petit, on se dit que c’est possible, que ce n’est pas évident au jour le jour mais ça vaut le coup! On a qu’une vie et quel plaisir de  prendre sa vraie place de maman sportive qu’on avait oubliée depuis trop longtemps ... Le papa avait ouvert la voie car il se préparait pour des grosses courses demandant de la prépa aussi... Moi il me manquait le soutien indéfectible de mes trésors pour me lancer mais quand on voit la fierté dans leur yeux et leur soutien, nos forces se décuplent et on oublie les moments tendus... Ca demande de l’organisation, et une grosse grosse envie de tout concilier car il faut jouer très serré! 

Mais quel bonheur de se prouver qu’à 35 ans on est capable de relever un challenge comme celui-ci, que nos beaux enfants ne sont pas des freins mais une étonnante force, et que tout est toujours possible en y réfléchissant bien et en s’organisant.

GMG: Tes 3 enfants ont-ils participé à certains de tes entraînements? Si oui, tu peux nous donner des exemples de sorties qui ont bien fonctionné avec eux? 
Val: Oui, ils ont beaucoup participé aux entrainements! Pour plusieurs raisons: d’abord  car c’était très important qu’ils aient leur place dans mon projet! Ils font partie de moi et je ne pouvais mener à bien ce beau rêve sans eux <3... Ensuite pour des raisons pratiques:  on s’entraine souvent et longtemps et du coup à un moment on ne les voit plus beaucoup et ça soulageait aussi mon mari qui les a gardé davantage pendant la période de préparation!
Plein de séances marchent à merveille:  de la course nature et eux sont en vélo, du fractionné, de la côte (et ils sont avec des feuilles et plaquettes et nous comptent les répétitions, nous encouragent etc...., on a aussi fait du VTT tous ensemble (quand je travaillais techniquement les descentes / les côtes raides etc...) ils étaient autour sur des gros chemins faciles... Bien sûr sur les courses ils venaient aussi nous encourager et participaient avec plaisir aux courses enfants!

 
GMG: Clairement, laisser ses enfants plusieurs jours, c’est émotionnellement compliqué. Comment s’est passée l’organisation familiale pour ton départ? Ont-il pu suivre vos épreuves? Ont-ils pu vous encourager? 

Val: Chaud chaud chaud! Mon homme avait du mal à comprendre ce tiraillement entre les 2: mon rêve là-bas et mes enfants restés à la maison. C’était la première fois que je restais aussi longtemps seule loin d’eux! Pendant 2 jours avec le décalage horaire et nos contraintes sur place je n’ai pas pu entendre leurs voix! C’était horrible (fatigue et stress aidant)! Je perdais mes 3 petits muscles qui devaient me permettre de m’élancer....et toutes mes forces... Et puis, on s’est organisé, on a atterri et  compris comment faire: je leur enregistrais des messages et eux ont fait pareil puis en veillant tard je pouvais leur parler en direct.... Et la communication  là-bas était au TOP: dès que les épreuves ont commencé, tous les jours il y avait sur Facebook des photos, un petit film et sur le site même un interview de chaque équipe à l’arrivée... Donc ils ont vite pris le pli: chaque matin ils se levaient et dévoraient le site  internet avec toutes les infos... le classement, la vidéo etc....Ils pouvaient même comme tous nos supporters de chic et de choc (les élèves du collège, les sponsors, nos familles....) nous laisser des messages sur le site internet et chaque soir on venait nous porter les nombreux messages  imprimés... C’était des larmes assurées!!
Au niveau organisation familiale: j’avais tout préparé, tout écrit jour par jour, activité par activité, mis les sacs de côté, prêts etc....Ma maman est venue quelques jours et Seb a pris aussi quelques congés. Il a d’ailleurs apprécié ce moment  avec les enfants. Et pour moi c’était important de voir que je pouvais compter sur lui et vivre quelque chose pour moi aussi.
Les enfants ont demandé “il est quelle heure à Bali?“ pendant plusieurs semaines...Et on a revisionné les films maintes et maintes fois, ils savent tout, comme s’ils y étaient vraiment...

GMG: Avec le recul, dans quelle mesure tes enfants ont été moteur dans cette longue préparation et dans l’épreuve elle-même? 
Val: Je crois que j’avais besoin de me prouver que j’en étais capable et eux m’ont aidé à le faire.... En étant mes alliés de tous les jours, en m’aidant à aller m’entrainer (ils étaient contents de sortir aussi!),  en étant naïfs et en étant sûrs qu’on arriverait au bout, du coup pas de possibilité de reculer et de les décevoir, en étant fiers de moi... Et tous les petits moments où ils avaient besoin de moi, où ils n’avaient plus envie d’avancer, où l’ambiance était moins positive, ça passe et ça rend aussi l’aventure si extraordinaire! Ca a été aussi l’occasion de beaucoup de discussions sur l’aide humanitaire, sur les raids, sur les défis que l’on se donne, sur les pays en difficultés, sur les sacrifices que l’on fait parfois ... et pour tout cela je conseillerais de le vivre en famille...
Là-bas pendant l’épreuve, j’avais 3 petits loulous sur mon porte bagage en permanence qui m’encourageaient! J’avais dans le coeur une force que seule les mamans connaissent et la féroce envie de leur faire plaisir! On se notait les initiales sur nos bras et des coeurs pour qu’ils le voient sur chaque photo! Ils étaient avec moi dans la course!
GMG: Quel regard portes-tu sur la pratique physique des mamans? Un conseil pour encourager les (futures) mamans à pratiquer une activité physique et sportive en famille? Val: être maman c’est très “sport”:  les emmener à leur activités, gérer devoirs, jeux, douches, repas,  couchers mais aussi organiser finement l’emploi du temps général tout en laissant une place particulière à chacun, être à la fois maman, épouse, collègue, sportive au top, ça aussi c’est très “sportif”! Alors le meilleur moyen pour concilier tout cela : avoir une pêche d’enfer (grâce à l’activité physique) et faire ensemble du SPORT pour ressentir les ondes positives, pour favoriser l’épanouissement personnel, pour se sentir bien, s’aérer la tête, vivre des émotions partagées, de la solidarité et de la cohésion et toutes les valeurs fondatrices du sport, s’affirmer et prendre confiance en soi, être heureux tout simplement... J’encourage les jeunes mamans, les enfants (... et les ados, les adultes et même les séniors ) à se prendre au jeu et à goûter la délicieuse saveur de l’activité physique... Je n’ai nul doute qu’ elles (et ils)  adoreront...Pour se lancer rien de tel que de croiser la route de Go Maman Go pour participer ensemble et être rassurée, ensuite faire du sport à plusieurs c’est encore meilleur! Alors on se trouve des copines, on les motive et hop! 

Bravo en tout cas pour le joli projet Go maman Go et tout ce que vous proposez!Et Bon VENT à votre défi sur les Alizés, nul doute que ça va marcher! Je suis à 300% derrière vous!

GMG: Bravo à toutes les trois mais également à votre entourage pour cette formidable aventure humaine, solidaire et sportive! Encore merci Val de nous avoir fait l'honneur de répondre aux questions que beaucoup d'entre nous se posent. Tes encouragements nous vont droit au coeur! Tu ouvres la voie à bien des mamans qui se mettent des barrières et des limites là où il n'y a que force et motivation; c'est valable dans notre vie de maman sportive mais également dans notre vie de femme et de maman active! Alors, mesdames, entreprenez, fixez-vous des projets et des objectifs. Comme le disait André Gide: "Il n'y a pas de problème, juste des solutions"! Ensemble, tout est possible! Go Maman Go!

Sophie

PS: merci à Val pour ces images qui donnent terriblement envie ;-)!!!









dimanche 2 avril 2017

#58: "Tous les chemins mènent à Rome"

Garder du temps pour son couple, c’est essentiel. De temps en temps, partir en amoureux permet de souffler. Juste lui et moi. Sans les enfants. Ne s’occuper que de nous.

Ces instants sont rares et précieux. Comme nos rythmes de vie sont clairement opposés, nous n’avons pas le temps de partager une activité ensemble. Une fois par an, nous nous accordons un long week-end dans une capitale avec une épreuve sportive qui nous permet de visiter la ville sous un angle différent.
L’an passé c’était le marathon de Stockholm, cette année ce sera celui de Rome!
 
Engagée dans le Raid multi-activités des Alizés à l’automne prochain, j’ai choisi de faire l’impasse ayant une programmation de compétitions déjà importante avec la team Go Maman Go. J’irais courir pour le supporter à différents points kilométriques. J’ai déjà étudié mon parcours. Cela me fera une sortie longue.

Ce matin, dimanche 2 avril, nous partons en direction du Colisée, lieu de la ligne départ à 1km de l’hôtel. Le stress monte de son côté, toujours confiant, cela me fait presque sourire. J’ai un sentiment mitigé, je regrette presque de ne pas partir avec lui. Je n’aime pas être sur la touche. Mon estime en prend un coup. 

Nous sommes vite séparés quand il faut rentrer dans le long couloir qui mène aux différents sas de départ. Pincement au coeur. J’essaie de le suivre de loin,  les camions remorques  contenant les sacs (consignes) me bloquent rapidement de vue, la foule est immense. A force de m’entêter de vouloir le retrouver dans ce flot de coureurs, je me retrouve prise dans un autre sas de départ, celui de la Fun Run (4km de marche ou de course). Les hautes barrières à droite et à gauche m’empêchent de sortir. L’idée de remonter la rue noire de monde me stoppe direct. Je suis là, j’y reste. Je regarde vite fait si cela colle avec mon parcours, ça le fait à deux km près. C’est une course où les poussettes sont admises (j’aime!), les kids trépignent d’impatience en attendant le coup de starter (c’est énorme de les voir si enthousiastes), il y a des groupes d’amis évoluant avec des banderoles pour des asso caritatives (tiens, ça me rappelle quelque chose), mêmes les chiens en laisse sont « dossardés », c’est convivial et familial!  Parfait. Juste ce qu’il me fallait pour me ressaisir!
Sauf que… le tonnerre a décidé de gronder! 

Et la pluie se met à tomber, pas qu’un peu: la douche! Je suis obligée de mettre toutes mes fringues sèches dans un sac plastique pour les protéger de la pluie à l’intérieur même du sac à dos. J’ai pris un départ un peu moins cool que prévu, les rue de Rome sont pavées, la pluie les rend glissantes. J’ai couru 4 bornes en slalomant entre les participants, j’ai travaillé mes appuis et mes relances. C’est finalement assez technique pour de la route, les pavés ne sont pas réguliers, il y avaient des trous, beaucoup de flaques, il a fallu contrôler les poses de pieds et faire attention aux chevilles.

« Et les bébés en poussette? » me direz-vous! Protégés par l’habit de pluie, je suis sûre que 50% des tout petits dormaient 500m à peine après le départ. Les enfants? Je n’ai pas vu un gone pleurer, râler ou faire la tête. C’était la « fête à la grenouille »! L’arrivée s’est faite dans le Circo Massimo avec une petite médaille à la clé. Hyper sympa! J’ai bien pensé à mes enfants me demandant comment on aurait géré cela tous les 5. Même si j’apprécie ces temps d’activité physique rien que pour moi toute seule (décompression nécessaire), ce matin ils m’ont beaucoup trop manqué. 


Puis je suis allée rejoindre les points de parcours du marathon, espérant voir et encourager mon homme! La pluie était tellement dense, on y voyait rien. C’était désespérant! Je l’ai finalement retrouvé au point kilométrique 41. Son sourire m’a redonné la pêche. Il a fini en 4h02 sous une pluie battante! Bravo!

Rome est une des plus belles villes que j’ai pu visiter. En amoureux, c’est fantastique. C’est un musée à ciel ouvert. Les temples, les églises et les amphithéâtres antiques font partie de de l’urbanisme de la ville. Les amateurs de la bonne chère ne sont pas en reste, je n’ose à peine parler des glaces (mama mia). Je sais pourquoi j’ai marché (23km par jour en moyenne) et pris le temps d’un petit footing avant le petit déjeuner chaque matin: POUR EN PROFITER UN MAX!
Le Colisée
Basilique Saint Pierre depuis la Coupole - Vatican
Basilique Saint Pierre - Vatican
Ponte Sant'Angelo

Un moment important: le choix de son plat ;-)

Les glaces italiennes: un (des) autre(s) grand(s) moment(s)!



Vous l’aurez compris, allez faire un tour à Rome, c’est magnifique!
A très vite pour de nouvelles expériences! Go Maman Go!

Sophie